Conte de Noël

Et nous sommes déjà mercredi ! Comme promis voici la suite du conte de Noël dont vous trouverez le début ici, pour ceux et celles qui n'étaient pas présents la semaine dernière.


07122014-neige et préparatif noel 2014 011

Conte de Noël

Deuxième partie

 -« Oh, si tu crois que nous nous occupions de ça à l’époque, nous avions attrapé la bête qui nous faisait du tort et ce fut la fin de nos ennuis, la suite ne nous intéressait pas, mon petit. »

Nous étions tous atterrés par la fin de l’histoire et nous nous regardions au bord des larmes imaginant les renardeaux attendant leur mère dans le terrier sous la neige lorsque la vieux Claudion intervint :

-« Je sais moi ce qu’il en advint ! Il n’y en avait qu’un. Je n’étais pas bien vieux à l’époque et personne ne faisait attention à moi. Je me suis demandé aussi ce qu’allait devenir la portée, et j’ai réussi à remonter les traces de la mère jusqu’à un énorme chêne qui poussait juste au-dessus du village, la renarde avait creusé un terrier en-dessous l’arbre, le petit était déjà grand et bien nourri et il m’a fallu plusieurs jours pour qu’affamé par l’absence de sa mère il consente à sortir un peu le museau de son terrier pour venir voir ce que je lui apportais à manger en cachette.  Rognant sur ma part, piochant de ci de là quelques restes, je l’ai nourri ainsi jusqu’au printemps, il me guettait, me happait la nourriture des mains, mais jamais ne s’est vraiment apprivoisé, un jour, il n’était plus là, il avait dû entendre l’appel du printemps et était parti, cela m’arrangeait un peu car si quelqu’un s’était rendu compte que je nourrissais un nuisible, j’aurais passé un mauvais quart d’heure »

 Il riait doucement en nous racontant cela et nous imaginions tous le renard partant du village vers un avenir plus heureux, lorsqu’on entendit toquer à la porte, toquer tout doucement et presque timidement ce qui fait que personne n’eut peur et que ma mère stupéfaite alla ouvrir pour voir qui avait pu parvenir jusque-là par ce temps. Mademoiselle  se tenait dans la porte, livide et titubante dans ses dentelles. Elle expliqua qu’elle avait essayé à toute force de monter jusqu’au château  pour Noël, mais que le cheval avait dérapé, elle avait mis des heures à finir les quelques cents mètres à pied jusqu’à la lumière de notre maison, et elle était trempée. Ma mère la fit rentrer dans sa chambre, d’où la jeune demoiselle ressortit emmitouflée dans des vêtements chauds de ma mère trois fois trop grands pour elle, mais bien secs. Elle se tenait là, devant le feu à se réchauffer, et mon oncle la regardait avec ses grands yeux ayant l’air d’avoir déjà reçu son cadeau de Noël. Ma mère la fit asseoir  le plus près du feu possible pour la réchauffer et lui servit un bon bol de lait chaud et une assiette chargée de toutes les pâtisseries et gourmandises dont nous nous régalions depuis le début de la soirée.

Intimidés nous la regardions et le silence se faisait lourd. Ma mère le rompit avec son naturel habituel :

-« Nous en étions aux histoires, peut-être pourriez-vous nous en raconter une ? »

Un peu effrayée, la demoiselle regarda l’assistance et autour d’elle et ne vit que des enfants et quelques personnes douces et simples. Elle sourit et dit :

-« Laissez-moi réfléchir, un peu, je crois que je sais ce que je peux vous raconter, ce fût sans doute le plus beau Noël de ma vie ! »

Elle laissa fondre le gâteau de ma mère dans sa bouche et continua.

-« Je devais avoir six ou sept ans. Je tannais mon père cette année-là pour avoir une danseuse en cristal que j’avais vu dans la vitrine d’un magasin de la ville et mes parents qui me gâtaient beaucoup ne voulaient toutefois pas me dire à l’avance ce que serait mon cadeau de Noël. J’étais un peu intrépide déjà et une nuit, à tâtons dans le noir, j’allais ouvrir le placard du salon où, je le savais, étaient cachés les cadeaux. »

Elle racontait bien, avec une voix posée et nous étions pendus à son souffle imaginant cette petite demoiselle en longue chemise blanche dans le salon noir et désert de son château.

-« Je ne sais pas si je dois vous raconter cela, nous dit-elle en souriant, parce que ce fût une grosse bêtise ; mais des paquets étaient entreposés, là, bien entourés de papiers brillants et bien enrubannés, et j’entrepris de tous les ouvrir mais aucun ne contenait ma danseuse en cristal. Déçue j’allais tout refermer lorsque j’aperçu sur une étagère plus haute, un paquet que je n’avais pas vu jusque-là, je me dressai sur la pointe des pieds et l’attrapai mais le paquet m’échappa et tomba par terre, s’ouvrant au passage et déversant sur le parquet une danseuse en cristal en mille morceaux. J’éclatai en sanglot si fort que je réveillai toute la maisonnée, et tout le monde accourut, mon père en premier qui me voyant désespérée, me berça contre lui en me consolant et je finis par m’endormir à bout de larmes dans ses bras.»

Elle se tût un moment bouleversée à ce souvenir et nous étions aussi  tout près des larmes qu’elle lorsqu’elle reprit :

-« Lorsque je m’éveillai le matin, je n’en crus pas mes yeux, la danseuse était là sur ma table, étincelante, intacte, j’ai su bien plus tard que mon père avait passé la nuit à recoller minutieusement les morceaux un par un. »

La bouche bée nous écoutions la fin de cette histoire qui nous plaisait bien plus que l’autre.

–« Vous voyez, c’est un peu pour cela que je tenais tant à monter passer ce soir-là avec eux, ils doivent se sentir bien seul dans leur château sur la cime, là-haut. »

-« Ecoutez, pour l’instant dans la nuit avec cette neige ce n’est pas possible, mais dès demain, je vous promets nous essaierons de rejoindre le château par tous les moyens, dit mon oncle » Et je fronçais  les sourcils en me souvenant que pour moi, mon oncle n’avait pas voulu tenter l’aventure d’aller chercher un beau sapin sur la hauteur. Mais quand il s’agissait de jolie demoiselle…



Et voilà déjà la fin de l'épisode...suite à mercredi prochain. Noël approche !

Publicités

2 réflexions sur “Conte de Noël

  1. Syl. dit :

    Il faudrait qu’ils fêtent Noël tous dans le château !
    Mercredi prochain, je ne pourrai pas lire la suite… Rendez-vous en janvier !!!
    Bonnes fêtes et Joyeux Noël !

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s