Mon petit abécédaire de poésie. Henri Bataille

Participation au jeudi poésie de Dame Asphodèle

chromo oiseau couronné ana-rosa(1)



J’avoue que ce n’est pas trop de saison, mais cela nous donne l’occasion de nous réjouir du beau temps à venir, non ?

bataille3.jpg

« Le mois mouillé » d’Henri Bataille

la-fleur-du-mois 20141128 133203

Par les vitres grises de la lavanderie,

J’ai vu tomber la nuit d’automne que voilà…

Quelqu’un marche le long des fossés plein de pluie.

la-fleur-du-mois-20141128_123623.jpg

Voyageur, voyageur de jadis, qui t’en vas,

A l’heure où les bergers descendent des montagnes,

la-fleur-du-mois-20141128_132257.jpg

Hâte-toi. – Les foyers sont éteints où tu vas,

Closes les portes au pays que tu regagnes

la-fleur-du-mois-20141128_125222.jpg

La grande route est vide et le bruit des luzernes

Vient de si loin qu’il ferait peur… Dépêche-toi :

Les vieilles carrioles ont soufflé leurs lanternes…

la-fleur-du-mois-20141128_124346.jpg

C’est l’automne : elle s’est assise et dort de froid

Sur la chaise de paille au fond de la cuisine…

L’automne chante dans les sarments morts des vignes…

la-fleur-du-mois-20141128_120526.jpg

C’est le moment où les cadavres introuvés,

Les blancs noyés, flottant, songeurs, entre deux ondes,

Saisis eux-mêmes aux premiers froids soulevés,

Descendent s’abriter dans les vases profondes.

la-fleur-du-mois 20141128 120514

Henri Bataille (1872-1922)

Le lien entre Bataille et Aragon était facile à faire. Aragon aimait beaucoup un des vers de celui-ci et disait qu’il était un des plus beau de la langue française « j’ai marché sur la traîne immense de ta robe » et l’on voit passer Henri Bataille dans un de ses romans « les cloches de Bâles ».

Henri Bataille était né à Nimes le 4 Avril 1872 ce qui me le rend évidemment cher. Et je vous invite à aller visiter ce site qui en parle mieux que moi :

« Ce qui nous rend si proches de Bataille, ce sont ses poèmes, cette « douleur moderne » qui n’est que les larmes de l’enfance. Bataille n’a jamais guéri de celle-ci. Parfois, ce refus d’avancer fait l’âge venir vite, laissant au cœur comme un désenchantement que rien jamais ne parviendra à compenser. Il reste des paysages, des états de l’âme qui resteront à jamais connus de nous seuls. L’enfance, c’est ce qui, plus tard sera impartageable, incommunicable, parce que vécue dans la solitude de l’enchantement et de la détresse ».

la-fleur-du-mois-20141128_133437.jpg

Bien à vous

Publicités

18 réflexions sur “Mon petit abécédaire de poésie. Henri Bataille

  1. soene dit :

    Bon, alors que tout le monde veut s’entasser au soleil sur les terrasses, tu nous parles déjà de l’automne, Monesille 😉
    Le commencement de la fin ? Mais alors, il faut nous hâter de vivre nos derniers étés 😆
    C’est un choix décalé, ta bataille à toi !
    Bises de Lyon sous le soleil

  2. Valentyne dit :

    Joli cet automne en montagne 🙂
    Bon lundi de Pâques Monesille 🙂

  3. « Des mots doux en Bataille », oui, facile! Mais c’est ce que ça me raconte.

  4. dimdamdom592013 dit :

    Je trouve que l’automne et le printemps sont deux saisons tellement antagoniques. j’aime l’une pour le renouveau qu’elle nous apporte alors que je déteste l’autre pour ce sentiment de mort qu’elle met dans nos âmes. Mais cela n’enlève rien au charme de ce poème ainsi qu’au clichés ajoutés.Merci pour ton partage.
    Bises printanières.
    Domi.

  5. Asphodèle dit :

    j’aime beaucoup et hormis les arbres en fleur, c’est encore de saison !!! J’aime l’automne autant que le printemps alors forcément ce poème me parle ! Je connaissais de nom mais tes petits apartés sont bienvenus ! Très belles images pour l’illustrer !

    • monesille dit :

      Images prises sur le vif un jour d’épisode cévenol, certaines sont assez mauvaise, car prises de mon portable.
      Tu vois il n’y a pas que toi qui a des insomnies.

      • dimdamdom592013 dit :

        Et bien nous voici au moins trois si on trouve un ou une quatrième on se fait une belote hihi 😉
        Bises noctambules
        Domi

  6. […] poèmes choisis : Asphodèle : À Yasmine de Vénus Khoury-Ghata, Monesille : Le mois mouillé d’Henri Bataille, Valentyne : L’amour de mes pensers de Pierre de Marbeuf, Carnets Paresseux avec un texte équin […]

    • monesille dit :

      Je ne connaissais pas ce texte de victor, HUGO, j’avais entendu la chanson, mais je n’aurais jamais pensé qu’il fût de lUI;
      Quel style, merci du partage.

  7. modrone dit :

    J’aime beaucoup cet automne pluvieux où il faut se hâter un peu, ce commencement de la fin. Merci.

  8. emilieberd dit :

    Beau et sombre poeme!
    J’aime particulièrement la première photo.
    Je t’embrasse

  9. […] Monesille : Le mois mouillé d’Henri Bataille 2 – Valentyne : L’amour de mes pensers de Pierre de Marbeuf 3- Marie et Anne ( Les […]

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s