Abécédaire Aragon

blog-octobre-2014-fronton-003.JPG

Aragon est-il encore besoin de le présenter !

Aragon.jpeg

Le beau gosse que vous voyez ici est Louis Aragon, un de mes auteurs fétiches,

« La rose et le réséda » est  un poème écrit en 1943, qui évoque l’universalité des sentiments et des épreuves face à l’absurdité de la guerre.

La rose et le réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats

Lequel montait à l’échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas

Qu’importe comment s’appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l’un fut de la chapelle
Et l’autre s’y dérobât

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras

Et tous les deux disaient qu’elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas

Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira

Par deux fois et l’un chancelle
L’autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas

Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l’autre gèle
Lequel préfère les rats

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas

Et quand vient l’aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas

Répétant le nom de celle
Qu’aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu’il aima

Pour qu’à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n’y croyait pas

L’un court et l’autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera

Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L’alouette et l’hirondelle
La rose et le réséda

Louis Aragon

Extrait de la Diane Française.

Publicités

22 réflexions sur “Abécédaire Aragon

  1. emilieberd dit :

    C’est vrai qu’il est pas mal!
    Bises Monesille

  2. Valentyne dit :

    Magnifique poème qui me replonge dans les mots d’Aragon (lecture d’Aurélien toute récente ) 😉
    Bisessss Monesille 😉

    • monesille dit :

      Aragon a un style très fluide en poésie, que j’aime beaucoup, par contre mis à part le paysan de Paris, je me rends compte que je n’ai pas guère lu de prose de lui.
      et si je peux me permettre, Mindounet cherche à se procurer Aurélien.
      Bises

  3. soene dit :

    Monesille, j’ai failli mettre ce poème, cette semaine, je suis en plein dans « Aragon » et les « roses » !
    Et comme la quinzaine dernière, on m’a un peu reproché de faire triste, j’ai renoncé à ce poème.
    Un vrai poète cet homme, qu’on l’aime ou pas.
    Bonne fin de semaine et gros bisous

    • monesille dit :

      Faire, triste, faire triste, on fait comme on est et ce n’est pas toujours raccord avec le temps.
      Quant à moi, je n’ai pas encore eu trop le temps de faire le tour des poèmes de jeudi, il va falloir que je m’y mette, mais j’attends d’avoir vraiment le temps pour les déguster.
      Bises

      • dimdamdom592013 dit :

        Et bien tu vois Monesille tu n’étais pas la dernière, j’arrive seulement pour découvrir ce superbe poème de ce grand (et bel) homme qu’a si bien chanté Jean Ferrat .
        Merci à toi pour ce partage.
        Bisous.
        Domi.

  4. Mind The Gap dit :

    Pardon j’ai zappé la lecture du poème…mais dis-moi, j’aimerais lire Aurélien, tu crois que ça me plairait ??

  5. Asphodèle dit :

    Moi aussi c’est un de mes poètes fétiches (avec Verlaine) ! C’est vrai qu’il était beau gosse, en plus !!! 🙂 Pour l’interligne, pour le supprimer, je t’esssplique : Tu te positionnes à la fin de la première ligne, tu cliques sur la petite flèche à gauche sur ton clavier ( celle en-dessous d’une flèche plus grande) en même temps que « retour », ça va te faire un espace plus grand, tu cliques sur « suppr » et voilà tes deux lignes sont collées l’une à l’autre ! Si tu veux je peux réexpliquer, je ne suis pas très pédagogue mais on y arrive !!! 😀 Je récapitule :
    1) se positionner avec le curseur à la fin de la 1ère ligne,
    2) clic en même temps sur « petite flèche de gauche » (à gauche du clavier) et « retour »,
    3) clic sur « suppr ».
    Bises et bonne journée !

  6. […] Anne : Ceux qui ont le goût difficile de Jean de la Fontaine, Soène : Cythère de Paul Verlaine, Monesille : La rose et le réséda de Louis Aragon, Modrone-Eeguab : L’Étrangère de Gabriela Mistral, DimDamDom59 : Roméo et Juliette par grand […]

  7. monesille dit :

    C’était en effet de saison ! désolée pour la mise en page, j’ai toujours le même problème d’interligne.

  8. Sharon dit :

    Je l’ai fait étudier cette année à mes 3e.

  9. […] : Ceux qui ont le goût difficile de Jean de la Fontaine. 5) Soène : Cythère de Paul Verlaine. 6) Monesille : La rose et le réséda de Louis Aragon 7) Modrone-Eeguab : L’Étrangère de Gabriela Mistral. 8) DimDamDom59 : Roméo et Juliette […]

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s