Les plumes d’Asphodèle : Robinsonne

Logo Plumes aspho 4 ème tiré du tumblr vanishingintoclouds

Participation aux plumes d’Asphodèle d’avril. Chaque mois celle-ci collecte nos mots et nous propose un thème pour y insérer tout ceux-ci. Pour ce mois, ce ne fut pas un thème mais  la lettre A, A comme Avril qui devait nous inspirer…Pour ma part voici le résultat :




couche-soleil-epave-bateau

Le feu du soleil se calmait peu à peu et elle sortit de la protection verte et ondoyante de la frange de végétation qui bordait la plage. Le petit bâtiment gisait toujours sur le flanc, sa coque à moitié éventrée envahie peu à peu par le sable amené par la marée, son bordage luisant doucement dans le couchant. Elle marcha jusqu’à lui, ses pas s’enfonçant profondément dans le sable tiède et blanc. Les vagues venaient lécher doucement la rive de la petite anse isolée.

Elle fit le tour du bateau, rien ne bougeait, et elle s’enhardit à se hisser sur le pont. Le tour de tous les espaces libres fut vite fait, rien ne subsistait,  et elle s’imagina barils et autres réserves flottant au loin à la dérive. Elle n’avait décidément rien de commun avec Robinson et ses nombreuses lectures de survie en milieu hostile ne lui serviraient à rien dans ce décor de rêve sans un minimum de matériel adéquat. Elle s’obstina, retournant chaque planche, fouillant chaque angle, méthodique d’abord, puis affolée, ses pas martelant le pont de bois délavé.

 Le ciel s’obscurcissait et le ressac de la mer résonna de plus en plus lugubrement contre la coque; il lui sembla que la mer forcissait mais peut-être l’écho était-il amplifié par ce crépuscule grandissant. A tâtons, elle continua ses recherches sachant d’avance que la nuit finirait d’emporter ce qui aurait échappé à son investigation.  L’oreille aux aguets, elle s’entêtait à palper chaque recoin, lorsque au fond d’un coffre, elle sentit sous ses doigts un objet qui  lui avait échappé jusque-alors, coincé sous une latte de bois.

Ses doigts reconnurent une forme aimée, un livre : un livre avait survécu à ce naufrage, un livre lourd et épais qu’elle serra contre son cœur en l’emportant sous l’abri des arbres et qui lui tint compagnie jusqu’au matin, sursautant au moindre bruit dans cette obscurité  presque totale.

Afficher l'image d'origine

Les premières lueurs ne la réveillèrent pas : elle n’avait pas réussi à dormir, frissonnant dans la nuit, recroquevillée autour du volume.

La verdure silencieuse éclata en mille chants à l’apparition brusque du soleil. Elle posa alors le livre devant elle sur une pierre plate et l’entrouvrit dans la lumière. Ses pages détrempées étaient agglutinées par paquets, seul surnageaient quelques mots au fil des feuilles à  peine lisibles :

Abeille…, abreuver.., abricot…., accroche-cœur…, actif…, affirmativement, agenouiller, agir.., ahuri., aimer :…, ajouter.., alléchant, ambiance….,  ambre, anamorphose…,  approximatif,  arabesque….,arpenter, automobile…, azimuté…

Elle baissa la tête, referma le dictionnaire, le rouvrit machinalement. Sur la page de garde quelques mots écrits d’une main élégante et sûre achevaient de se diluer dans l’humidité salée : « …et la soif ne la quittait plus ! »

Elle leva les yeux vers le soleil déjà haut, la température montait rapidement, il fallait absolument qu’elle trouve de la crème solaire.

Afficher l'image d'origine




 

Publicités

33 réflexions sur “Les plumes d’Asphodèle : Robinsonne

  1. […] Il fallait en prime intégrer trois titres de livres : l’adieu aux lisières, l’étoile d’argent, la femme en vert. J’en ai profité pour continuer mon escapade robinsonne. […]

  2. Joliment joué ; je ne sais pas ce que j’admire le plus, le texte qui coule tout seul, la chute bien venue, la merveilleuse découverte du dictionnaire – le meilleur ami du lecteur naufragé – ou l’habile astuce des mots en n’A ? (d’ailleurs, qui se plaint de quoi, puisqu’ils sont tous là, et même, bien rangés. :))

  3. Mind The Gap dit :

    Superbe chute et joli texte. Le début m’a fait penser à la crique du français de Daphné du Maurier…livre que je te conseille sans réserves.

  4. martine27 dit :

    Très jolie pirouette pour placer les mots. Ceci dit sur une île déserte, un dictionnaire permet de s’inventer des histoires à n’en plus finir (enfin à condition de trouver à manger et à boire !)

    • monesille dit :

      C’est bien pour ça que j’ai évité de finir par : il fallait absolument qu’elle trouve de l’eau, cela aurait été un peu trop évident à mon goût.
      Bises et merci de ta visite.

  5. celestine dit :

    J’étais sûre que la grande prêtresse serait verte de ton audace !
    Rhôô ! non mais quand même ! 😉
    Mais c’est du génie, quelque part…
    ¸¸.•*¨*• ☆

  6. lydia66 dit :

    Alors là, j’applaudis ! Quelle bonne idée !

  7. La Licorne dit :

    J’ai failli arrêter ma lecture, en me disant : « Tu as dû te tromper de texte, il est ailleurs… », mais non…tous les mots étaient là !
    Très astucieux…ça me donne des idées pour la prochaine fois … (Asphodèle, je plaisante…)

    Je suis d’accord avec les autres : ton texte est quand même excellemment bien écrit… du coup, on te pardonne…volontiers !

    J’ai bien aimé la chute aussi…
    Bon courage, Robinsonne…pour trouver de la crème solaire !
    …écr…total…appliquer…toutes les…généreusement… 😉

  8. Ghislaine dit :

    Jolie façon (et intelligente) de ne pas placer les mots éparpillés ! Bravo

  9. emilieberd dit :

    Hi Hi! Excellent Monesille!
    Émue au moment où elle trouve le livre, et mdr lorsque j’ai lu les mots😄
    Je comprends que tu es au soleil! Profite, veinarde!
    Bises

  10. Très bon, Monesille, ce détournement de consignes tout en leur rentrant dedans. On est scotchés de s’être fait avoir comme des bleus ! Bravo !

  11. domicano dit :

    Truculent! Bravo pour la pirouette et la distorsion de la consigne. le texte est excellent et je repars avec le sourire…

  12. Asphodèle dit :

    Non mais je rêve là ??? Je m’étonnais de ne pas voir les mots, me disant « trop forte Camomille, ils sont bien casés » ! Mouhaha ! Tu ne l’emporteras pas au paradis !!! Heureusement le texte est génial et tu sauves un livre, alors je fonds et je range le fouet ! 😆 Bises acides ! 😀

    • monesille dit :

      Au paradis, mais j’y suis au paradis, en vacances, enfin !
      Pirouette, cacahuète, m’enfin, je t’avais prévenue :d
      Bisous chère acidulée.

      • Asphodèle dit :

        Alors c’est « Relâche au paradis » le titre ? Scrogneugneu !!! Profite, tu le mérites ! Tiens il faudra que je te parle d’un truc (en MP) ! Bisous du soir, du matin si ça continue (j’ai trop cuisiné aujourd’hui, je n’arrive pas à dormir)…

  13. Whoaaa, je plussoie !
    Et nous n’avons pas mis la main le même livre : )

  14. Valentyne dit :

    Extra ce texte 🙂
    J’adore la façon de « caser » les mots 🙂

    Tiens on n’a pas échoué sur la même île toi et moi 🙂
    Bisesss Vendredie 🙂

  15. […] Licorne, Violette Dame Mauve, Lydia, Ghislaine, PatchCath, Nunzi, Carnets Paresseux, EmilieBerd, Monesille, Célestine, Domicano,Valentyne, Anne de Louvain-la-Neuve, Michelle la belette (une petite nouvelle […]

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s