Elena Ferrante-L’amie prodigieuse

Afficher l'image d'origine

Désolée les amis de vous avoir abandonnés sans nouvelle ces derniers jours mais comme l’écrit si bien Asphodèle, j’étais tombée dans une faille spatio-temporelle. Je me promenais dans les années soixante à la suite de Elena dans la banlieue turbulente de Naples.

J’avais noté sur le blog de l’un d’entre vous (lequel ?? bonne question, je ne note jamais où..) le nom d’Eléna Ferrante et lorsque mon regard s’est arrêté sur la couverture de son livre dans ma petite librairie, je l’ai acheté immédiatement et je l’ai ouvert. Malheur, il avait une fin !…et une suite que je me suis empressée d’acquérir aussi. Quelques mille pages, dévorées, englouties…si vite !

J’ai fait un voyage en 1975 à Naples, j’étais donc une toute jeune fille et mon père qui n’était pas Italien, dans les rues m’obligeait à marcher entre mon frère et lui pour éviter les problèmes ! J’ai toujours pensé qu’il exagérait un peu. Il semble bien que non. Les deux tomes du livre d’Elena Ferrante : « L’amie prodigieuse » et  « Le nouveau nom » nous emmènent sur les traces de deux amies, deux gamines des quartiers pauvres de Naples. Elena qui raconte l’histoire et Lila, élevées à la dure entre crasse et baffe, remarquées pour leur intelligence par leurs professeurs, et dont l’une va travailler d’arrache-pied à l’école ne voyant que les études pour s’en sortir et l’autre peut-être plus brillante ou plus sensible va choisir une autre voie. L’histoire très romanesque en apparence a le souffle des grandes sagas. Cela faisait longtemps que je n’avais pas retrouvé ce goût de lire jusqu’à une heure avancée de la nuit, emportée de chapitre en chapitre au-delà de la raison.

Le fond est sombre entre camorra, pauvreté, crime et sort fait aux femmes mais le style ébouriffant nous fait passer sans aucune difficulté d’un italien élégant au machouilli du patois Napolitain, la traduction excellente d’Elsa Damien ne doit pas y être pour rien. L’analyse psychologique du rapport à l’autre est très fine et j’ai bien cru me reconnaître dans Elena et parfois dans Lila, cette impression qu’en dépit tout ce que l’on entreprend on ne peut pas sortir de son milieu, ce sentiment de devoir batailler coûte que coûte pour s’en sortir et puis le rôle du hasard et de la volonté dans ce déterminisme. Cette volonté farouche dont fait preuve Elena, dont on ne sait encore si elle parviendra vraiment à se trouver sans renoncer à une part d’elle-même, et si on souhaite qu’elle se détache de cette Lila qui parfois l’entraîne vers le bas et parfois au contraire lui permet de se dépasser, Lila entre ivresse de la révolte et soumission dédaigneuse, ces limites des enfants précoces.

Car c’est aussi de cela dont nous parle Elena Ferrante, de  cette amitié nouée dans l’enfance, on ne sait pourquoi, à travers quels mystères et qui, au fil des années,  à travers aléas et réussites, jalousie, compétition et solidarité , va perdurer.

Inutile de vous dire que j’attends déjà la suite avec impatience !

Publicités

15 réflexions sur “Elena Ferrante-L’amie prodigieuse

  1. Asphodèle dit :

    Haaaa je comprends mieux la faille qui t’avait engloutie ! Il est noté et cette auteure aussi ! En plus ça parle de l’Italie, voilà qui ne peut que me plaie ! Et en oublier de dormir (mais comme je n’ai pas besoin de ça pour ne pas dormir, ça tombe bien), je le note et je suis sûre de craquer si je le vois en librairie !!! Sinon, je vais rappeler à Daniel Pennac moi aussi que je suis son amie !!!: 😆 Tu vois, en pause mais pas disparue non plus ! 😀 Bisous ma dame Camomille ! 😀

    • monesille dit :

      Je dois les passer à une amie mais si tu veux ensuite je te les envoie. Je te préviens c’est contre indiqué comme somnifère 😀
      Bisous chère Asphodèle.

  2. Valentyne dit :

    J’ai adoré le tome 1 aussi 🙂
    Et je lirai la suite … Un jour 🙂

  3. jobougon dit :

    Je comprends que tu ai pu être happée par un tel livre quand tu en parles, il y a une dimension subtile qui réussit à passer dans ton post et qui doit être absolument envoûtante dans la lecture.
    Merci du partage, les failles spatio-temporelles (pour reprendre tes termes) ont de biens précieux trésors.
    Bises Mo

  4. Mind The Gap dit :

    La suite de la suite alors. Moi aussi j’ai déjà entendu parler de ce livre sur des blogs, mais lesquels !
    Visiblement un coup de coeur pour toi…1000 pages en quelques jours !
    J’ai découvert Naples…en littérature seulement, il y a quelques semaines dans l’ Auberge des Pauvres de Ben Jelloun, mais ce n’était pas le thème principal.
    Bises et belle journée.

  5. martine dit :

    Je viens d’envoyer mon adresse à Daniel Pennac. Peut-être ne le sait-il pas, mais je suis de ses amis…

  6. J’ai acheté ce livre dans ma librairie bêtement à cause de la jaquette « le livre que Daniel Pennac offre à ses amis ». Je me suis dit qu’il ne pouvait pas être mauvais avec un tel parrain et je ne l’ai pas regretté. Contrairement à ma sœur qui s’est prodigieusement ennuyée à sa lecture, moi, j’ai vraiment aimé cette ambiance de petits riens du tout qui fait l’essence d’une vie. Je partage ta critique, chère Monessille et te rejoins à 100%.

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s