Afficher l'image d'origine

Courte lueur des jours

Impatience d’amour

Quelle est cette misère

qui plus jamais n’espère

Quand s’éraille le temps

en bruitage savants

où plus jamais n’écoute

ni les questions ni doute

Et je résiste encore

en cachets indolores

je garde chargée

mon âme de pêchés

pour que jamais ma peine

ne se transforme en haine.

 

 

 

 

Publicités

10 réflexions sur “

  1. celestine dit :

    Est-ce un effet de mon incorrigible optimisme de voir un peu de pâle soleil sous tes vers brumeux ?
    En tous cas tu écris très bien !
    Bises noëliennes en retour.
    ¸¸.•*¨*• ☆

  2. Leodamgan dit :

    L’hiver arrive, « Winter is coming » précisément aujourd’hui.
    Ce n’est pas bien gai. Et ta poésie est tristounette aussi, de saison, donc…
    Mais patientons!
    Bonne journée à toi,
    Mo

  3. Asphodèle dit :

    De la tristesse dans le coeur des poétiseurs aujourd’hui, nous avons le pré-Noël pas gai gai mais tu as le mérite de nous dire fort brillamment de rester calmes ! Non, pas de haine qui de toute façon ne fera pas avancer les choses ni n’enrayera celle qui a pris racine dans l’esprit des fous. Il n’y a que la folie qui rende haineux… Bises à toi et Joyeux Noël… 😀

  4. emilieberd dit :

    Et bonnes fêtes de fin d’année

  5. emilieberd dit :

    Cet hiver nous inspire des vers bien sombres. En même temps, comment pourrait-il être autrement. Veillez à ce que la peine ne se transforme en haine est un vrai tour de force. Mais c’est une vraie note d’espoir!
    Merci pour ces si beaux vers.
    Bises

  6. martine dit :

    Décidément, aujourd’hui, nous ne sommes pas particulièrement euphoriques.
    Est-ce la brume de cette fin d’année qui rend les paysages imprécis qui nous envahit l’esprit et les âmes ?
    C’est très beau, ce que tu dis…
    Belle fin d’année, nonobstant notre spleen…
    Bises

    • la brume ? elle a bon dos, la brume… elle qui, gentille et agréable, nous masque nos défauts et nos petits ratés. Mais pas de petits ratés ou de défaut dans le poème de Monesille, rien qu’une lumière douce et une musique miséricordieuse.

  7. modrone dit :

    Belle variation hivernale pour un jeudi poésie assez sombre. Merci.

  8. soene dit :

    Et bien moi si, Monesille, je suis très capable de transformer ma peine en haine, avec tout ce qui se passe depuis des mois 🙄
    Encore une poésie triste, la 2e après Miss Aspho… Faut vite prendre de la vitamine C, faire une cure de lumière, boire un grand coup, manger gras et sucré, c’est bon pour le moral 😆
    Jolis mots, bien assortis, bien rimés et rythmés. J’eusse aimé les lire sur un thème plus gai 😉
    Bon Noël et gros bisous d’O.

  9. […] mais il nous parle, en prose, de « La dame aux traits tirés » ! 4 – Monesille m’a parlé de tout autre chose, ce sera donc surprise du chef ! 5 – Asphodèle parle […]

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s