Mais où ai-je la tête ?

Mais  où ai-je la tête. Je m’aperçois que dans mon article précédent je me suis arrêtée à la série de Robert Merle qui c’est vrai m’a occupée une partie de l’été et de l’automne, mais j’ai oublié deux excellents livres qui ont enchanté le début de mon hiver.

Céline Minard : Le grand jeu qui correspondait tout à fait à mon état d’esprit du moment. J’avoue ne pas avoir compris de suite le projet du livre ! J’avais lu : Faillir être flingué, j’ai donc attaqué le récit en confiance. J’ai d’abord été enchantée par l’écriture, ferme, intense et tout à la fois éthérée ! Très terre à terre et en suspension. Le rythme de la rêverie, entrecoupée d’action et de réflexion en phrases qui touchent au plus près, là-où le coeur bat sans cesse en se demandant pourquoi. Ensuite je me suis prise à l’histoire, le suspens, et puis plus encore, lire plus vite avancer, savoir comment le récit va évoluer, et vers où allait la narratrice. Je ne vous en conterai pas plus. Je vous conseille de délaisser la quatrième de couverture qui ne vaut rien, lisez, respirez, et puis…

Afficher l'image d'origine

J’ai enchaîné sur Sylvain Tesson : Les chemins noirs. Décidément l’évasion était au rendez vous cette rentrée.

Afficher l'image d'origine

Sylvain Tesson est bien connu pour ses livres de l’extrême, pour ses expériences de voyages lointains dans des contrées sauvages et désertes. Cette fois-ci la vie l’a contraint à vaincre une autre difficulté. Ce n’est plus par choix qu’il se heurte à la nature. Tombé d’un toit, il se retrouve brisé en petits morceaux au sens propre, promis à une rééducation longue et hasardeuse qu’il refuse (pour l’avoir vécu, comme je le comprends !) Et il décide que seule la marche pourra réparer son corps. Il étudie donc les chemins déserts de France, ce genre de chemin qui par incurie et avidité, disparaissent peu à peu de la mémoire et des cartes, et il traverse la France en diagonale à petits pas au début puis en affirmant peu à peu sa foulée et sa volonté en suivant ces chemins.

Voilà, je crois  que pour cette année 2016, c’était tout, ces deux livres pointaient du doigt ce sentiment étrange que beaucoup partagent, à la fois de besoin d’évasion des contraintes sociales et d’autres rencontres.

A vous lire.

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Mais où ai-je la tête ?

  1. Mind The Gap dit :

    Tesson, je tenterais bien de le lire, pas ce livre-ci mais un autre…

  2. patchcath dit :

    J’ai reçu le livre de S Tesson à Noël, et sa lecture m’a enchantée.

  3. Dominique dit :

    Ouf, Monesille a retrouvé sa tête ! 😉

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s