Le jeudi poésie-Haïkus de printemps

Le jeudi poésie de chez Dame Asphodèle se transforme à présent pour ceux qui le veulent en jeudi Haïku nous laissant la possibilité de nous exercer à cette forme difficile à maîtriser.

Certaines exigences du Haïku restent pour moi une énigme en particulier les e muets et les diérèses malgré l’aide de certains blog pourtant très bien documentés. Je suis preneuse de conseils. Je me suis malgré tout lancée.

Voici donc mes Haïkus de printemps. Je vous souhaite une bonne lecture.




meditation-moine-zen-bouddhisme1

Ton œil clair soleil
Tiré du lit de nuages
Par le mistral fou.

Sur ma peau frileuse
Les rayons tièdes
De la caresse attendue

L’herbe des bords de route
Pliée sous la rafale
Puis le calme vient

Abritée du vent
L’eau frissonne à peine
Elle reste froide encore

Par moment sereins
Eau, ciel, soleil
Guettent la paix du printemps

Je reste debout
Et les yeux fermés
J’entends passer le bonheur.




 

Advertisements

37 réflexions sur “Le jeudi poésie-Haïkus de printemps

  1. Asphodèle dit :

    Je repasse Dame Camomille et lire tes haïkus ainsi séparés et bien c’est parfait car on peut les lire indépendamment les uns des autres et si on les lit à la suite ça le fait aussi ! Et puis ce petit bonheur final est un ravissement ! 😆 Bisous

  2. Leodamgan dit :

    Je ne suis pas aussi douée que toi pour les haïkus quelle que soit leur longueur mais je te souhaite une bonne semaine…
    Mo

  3. patchcath dit :

    Moi-aussi, même si je suis assise pour lire ces mots, quand je ferme les yeux et je sens passer le bonheur

  4. Mind The Gap dit :

    Ha mais alors, on peut faire un poème entier avec ce procédé ! Joli !

  5. emilieberd dit :

    On dirait que la tempête t’a inspirée 😀
    Pourtant tes vers restent calmes et doux, comme si l’on regardait le temps qu’il fait par la fenêtre! Et quelle chute « j’entends passer le bonheur »!
    Bravo!

    • monesille dit :

      Paf, si l’on voit passer le bonheur par la fenêtre du troisième étage, il risque fort de passer de haut en bas et paf ! mais non je rigole !
      Merci Emilie et rebisous

  6. martine dit :

    Moi aussi, j’ai entendu passer le bonheur à la lecture de tes haïkus magiques.
    Je vais les accrocher aux branches des arbres encore dénudés pour que le printemps ne se fasse plus attendre : il faut qu’il sache comment tu lui rends si bien hommage !

  7. Mon commentaire a-t-il été envoyé?

  8. Un bel hommage au printemps ! je suppose que ce n’est pas interdit si une suite de haïkus forme un tout? Moi, je me suis posée beaucoup de questions sur ce que l’on appelle la césure dans un Haïku ? Je croyais avoir compris que c’était une césure « du sens », le troisième vers ne devant pas être en continuité avec les précédents? Asphodèle, dis-nous ?

    • monesille dit :

      Asphodèle SOS ! Une césure de sens ?
      J’ai trouvé que les E muets n’étaient pas comptés en fin de vers comme en poésie classique ! et qu’en général on passait d’un élément petit à un autre plus général. Peut-être est-ce ce qu’on appelle une césure de sens ?
      Quant à la suite de Haïkus, chacun pouvant se lire indépendamment des autres…cela forme un tout malgré tout.

    • Asphodèle dit :

      Claudia, Claudia, j’arrive 😆 !!! Entre Internet coupé et du monde à la maison tout le week-end, je ne peux pas faire plus les filles ! Je ne me prends pas la tête autant que vous on dirait ! Bon, il faut dire que j’ai commencé jeune, arf et je les fais quasi mécaniquement mes haïkus ! J’essaie de respecter le 5-7-5, le « goji », l’indication de la saison (pas toujours) et je compte mes syllabes ! Moi aussi j’ai des problèmes avec les voyelles muettes (donc j’essaie de les éviter^^) ! Pour la césure dont tu parles Claudia, il me semble que le premier vers du haïku doit pouvoir se lire indépendamment des deux autres et en aucun cas le haïku n’est un poème (donc Dame Camomille tes tercets sont magnifiques !!!), il doit se suffire à lui-même … La césure peut s’exprimer aussi par une virgule, c’est une sorte de « chute », en fait…

      • monesille dit :

        Le beau temps revient, et les connexions repoussent !
        Bon déja, je 5-7-5, moi je le change souvent en 5-5-7, ça compte, et puis le E muet n’existant pas en japonais, c’est sûr qu’ils n’ont pas ce problème, Et puis quand tu dis :
        Même en mille éclats,
        elle est toujours là
        la lune dans l’eau ?
        Elle est où la césure ?
        Mais ne te prends pas la tête hein, on verra le prochain jeudi.
        Bisous

        • Asphodèle dit :

          Oui tu peux « arranger » le nombre de syllabes à ta sauce autant que tu veux mais alors ce n’est plus un haïku mais un tercet ! 😀 C’est bien ce que je dis !!! Et dans l’exemple que tu me mets, tu aurais pu faire un tanka (deux vers de plus). Sinon la césure c’est ton premier vers « Même en mille éclats » virgule, car on peut remplacer « la lune dans l’eau » par des tas d’autres choses avec « Même en mille éclats », comprends-tu ? Mais bon hein, je ne vais pas faire un cours à chaque fois, tant que le nombre de syllabes est correct (en français, je demande pas de haïkus en japonais non plus 😆 ), tant que l’émotion passe et qu’il y a un vers qui peut se lire indépendamment des deux autres, c’est bien !!! Bon et puis, on ne sera pas obligés de faire des haïkus tous les jeudis verts, mais on peut faire un poème ET un haïku ou que des haïkus…Disons que le jeudi vert s’ouvre à la diversité et permet à chacun d’y participer selon son humeur (poème perso, poème d’un poète, poème en prose, haïku, tanka)… Du moment que vive la poésie… 😉 Bises Monesille (ha au fait, je le dis qu’à toi, j’ai commencé un texte fou-fou mais je ne sais pas encore si j’aurais le temps de « chuter » !!! 😦 Bouh, j’aimerais tellement participer à ton agenda !!! 🙄 ) Pas facile… Mais j’essaie… 😀 Gros bisous 😉

          • monesille dit :

            Petite précision sans doute inutile, le haïku que je te mets n’est pas de moi, mais je ne saurai dire de qui il est, en tout cas d’un auteur plus célèbre que moi (il n’a pas de mal !)
            Pour le texte fou, dépêche toi, il reste trois jours, dit celle qui n’a qu’une petite ombre de brouillon mal ficelé !
            Gros bisous

            • Asphodèle dit :

              Haaan 3 jours !!! Mais ça va être impossible, demain je dois IMPÉRATIVEMENT faire un billet de lecture+mon billet poésie de jeudi, jeudi j’emmène ma mère à la clinique (c’est moi qui vais y rester dans l’état où j’erre) et comme toi, j’ai juste un brouillon pas remanié… Tant pis, je mettrais ce brouillon tel que au pire mais pas avant le 24 !:( Hors concours ça me va très bien ! 😆

            • monesille dit :

              Mais oui, mais moi je pars le 25…donc je ne pourrai pas mettre ton texte dans le tableau de vote, déjà que les votes auront lieu de fait jusqu’au 2 avril, pffffff c’est compliqué l’organisation !
              Et tu me parles jeudi poésie, il faut que j’aille voir la date, que je programme ça si c’est la semaine prochaine, bouhhh, je ne vais pas m’en sortir !

            • Asphodèle dit :

              Quelle idée aussi de « partir », hei ! j’vous le demande !!! 😆 😆

            • monesille dit :

              Ah, ah après vérification, jeudi poésie demain 23 ! et bien ! tu as bien fait de m’envoyer ce message ! Je cours, je vole !

            • Asphodèle dit :

              Doucement Ma Dame Pétronille, ne va pas te fouler une cheville !!! 😆

  9. monesille dit :

    Chère Soène, non un haïku ne peut pas être si long. C’est une suite de Haïkus, mais il y a eu un problème à la mise en page que bien sûr que n’avais pas vérifiée !
    Le p’tit bonheur repasse, juste pour toi !
    Bises

  10. modrone dit :

    Les éléments sont à la fête sur cette suite. Et nous aussi. Un bonheur.

  11. […] – Natty ClaudiaLucia – Venise au temps du Carnaval Monesille – Haïkus du printemps CarnetParesseux – Le silence des carpes du jardin japonais Modrone – Trois haïkus de […]

  12. Syl. dit :

    Il faut avoir une sensibilité bien fine pour entendre passer le bonheur. Et j’aime beaucoup cette formule.
    Je crois qu’on appelle un tanka une suite de haïkus. Il faudra demander à Miss Aspho…

  13. […] participants… Soène – ClaudiaLucia – Monesille – CarnetParesseux – Modrone – Lilousoleil – Et des poèmes : Martine – Emilieberd – Jacou […]

  14. Un haïku de dix-huit mètres avec un soleil sur la tête, ça existe donc !
    joli petit bonheur qui passe, les yeux fermés.

  15. soene dit :

    J’adore ta formule sur les commentaires, Monesille 😆
    Je ne savais pas qu’un haïku pouvait être si long 🙄 😆
    Mais, je suis restée assise et en ouvrant bien mes yeux pour y lire toutes ces lignes, j’ai entendu un p’tit bonheur 😉
    Gros bisous

Les commentaires ne sont pas dangereux pour la santé, vous pouvez consommer sans modération !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s