Participation à l’agenda du mois de mai : Aptitude zéro !

Martine d’écriturbulente héberge ce mois-ci l’agenda ironique avec un thème marin, il ne m’a pas été facile de mettre en place tous les éléments demandés, et j’imagine qu’il en est de même pour tous. Mais comme elle le dit elle-même : et vogue la galère !

Je vous propose donc de partir en croisière

Voilier ? Bateau de pêche ? Cargo ? Paquebot ? Péniche ? Pirogue ? Canot pneumatique ? Brise-glaces ? Chalutier ?

Vous choisirez l’embarcation, vous l’imaginerez, vous la décorerez, la baptiserez… Vous daterez la traversée… Quand vous vous déciderez à lever l’encre (oui, quand même), vous déterminerez l’itinéraire et les escales : L’île des Lettres ? L’île des Mots, des maux, des morts ? L’île des Étrangers ? Les îles Glamour ? L’île d’Éros ? Ou bien ?

Une fois l’équipage constitué, vous embarquerez les passagers et vogue la galère !

Il vous reste 3 jours de navigation 

(c'est-à-dire jusqu'au 23 avril),

1 000 mots maximum 

pour conter cette expédition nautique, 

que vous ponctuerez de 10 termes hurluberlus, 

avec un suffixe en "–itude".

 

 

Publicités

Jeudi poésie-Paul Fort

Participation au jeudi  poésie de Dame Asphodèle

jeudi poésie oiseau-couronnc3a9-ana-rosa1


Chanson des gifles du vent

été 2 194

Combien de fois, depuis mes jeunes ans, combien de fois m’aura giflé le vent !
Au temps de ma jeunesse, c’était gifle en caresse,
au temps de mes vingt ans, comme gifle en serment ,
au temps de mes trente ans, comme gifle entre amants,
quand j’eus pris l’air penché, gifle au pédant fâché,
voyez ce dos courbé, gifle au gaga-bébé,
au temps (par tous les temps gifle la faux du Temps)
au temps où Mort vous griffe, soudain la Gifle-Gifle,
la der, en ouragan, et celle que j’attends.
– Combien de fois, depuis mes jeunes ans, combien de fois m’aura giflé le vent ?

Ferveur française. Ballades périgourdines

Paul Fort !